Lanvern – Histoire et origine

Le nom de Lanvern, qui vient du breton Lan (ermitage) et Wern ou Guern (marais d’aulnes), est lié à la présence d’un prieuré dépendant de l’abbaye de Landévennec établi dès le 11è siècle en ce lieu pour gérer les donations foncières importantes accordées par les comtes de Cornouaille au monastère.

Lanvern – Route de Quimper A gauche à Ty Crohen

La paroisse de Lanvern a été constituée au 14è siècle à partir de la paroisse primitive de Plonéour. Elle présente l’originalité d’avoir compté dans le même enclos pendant quatre siècles deux églises édifiées côte à côte, l’église paroissiale Notre-Dame du Folgoat construite à partir de 1364, l’église priorale de Saint-Philibert élevée quelques décennies après. L’église paroissiale, peu à peu laissée à l’abandon, fut démolie en 1747.

A la suite de la révolte des Bonnets Rouges en 1675, les autorités royales font décapiter le clocher de la chapelle Saint-Philibert, coupable d’avoir sonné le tocsin de la révolte. Le clocher n’a jamais été remonté par la suite.     Au moment de la Révolution, Lanvern devient une commune. Trop exiguë, sans véritable “bourg”, elle est rapidement absorbée par Plonéour dans les années 1820.

Suite au déclin progressif de l’abbaye de Landévennec du 16è au 18è siècles, puis sa disparition, l’église priorale est elle-même progressivement délaissée. Les offices cessent à partir de 1947 et la toiture s’effondre au cours des années 1950-1960.

Grâce aux initiatives d’une association du quartier de Lanvern, la chapelle est progressivement réhabilitée et le site remis en état. Le pardon reprend à partir de 1979. Enfin, un legs permet en 2011-2012 la restauration complète de l’édifice, avec la mise en place d’une couverture en ardoises traditionnelles. Ainsi a été sauvegardée une chapelle remarquable qui porte la marque de l’architecture caractéristique de l’École de Pont-Croix (13è-14è siècles).

Pour mieux comprendre cette histoire :

Merci à l’association d’animation du quartier de Lanvern, Corentin CANÉVET, Michel CARVAL, Hervé LE BERRE ; Jo MOULLEC (ancien recteur à Plonéour) ; Le Télégramme.
Sources : Archives départementales, Louis CHAURIS, Eugène COGNEC, Marc SIMON, Bernard TANGUY, Alexis VOLANT.