Professionnels : vos démarches

Plus de 400 établissements sont recensés sur la commune : un site industriel (Larzul), de nombreux commerces et artisans, des exploitations agricoles, des entreprises de services, du bâtiment, des professions libérales…

Ces établissements contribuent au dynamisme économique local. La Communauté de Commune du Haut Pays Bigouden soutient cette dynamique, par exemple avec des zones d’activités comme Kerganet ou Kerlavar.

La zone d’activités de Kerganet a été créée en 1988 au sud de la commune de Plonéour-Lanvern.

La zone de Kerlavar, de taille plus modeste, a été créée en 1985. La déchetterie de Plonéour-Lanvern, un équipement communautaire également, y a été installée au plus près des Plonéouristes.

Les associations d’entrepreneurs

Plusieurs associations permettent aux entrepreneurs qui le désirent de se fédérer :

  • l’association «  Les Commerces et Artisans de Plonéour », organise entre autres des animations en centre-ville.
  • le «  Bigouden Business Club »  (bigouden.bbc@gmail.com) regroupe des chefs d’entreprise du Pays Bigouden et au delà. Sa vocation est de faciliter les échanges de bonnes pratiques au travers de visites d’entreprises et de réunions thématiques.
  •  «  Cornouaille initiative » regroupe des acteurs socio-économiques de toute la Cornouaille dans le but de favoriser la création et la reprise d’entreprises.

 

Entrepreneurs, vos démarches

Comment faire si...

Devenir micro-entrepreneur (ex : auto-entrepreneur)

Vérifié le 01 janvier 2020 - Direction de l'information légale et administrative (Premier ministre)

Cumuler un emploi et une activité autonome est possible avec le régime de la micro-entreprise. Ce statut a pour objectif de simplifier l'exercice de petites activités indépendantes. Le micro-entrepreneur peut exercer une activité commerciale ou artisanale en parallèle d'une activité principale (salarié, demandeur d'emploi, retraité, étudiant notamment).

Le micro-entrepreneur personne physique doit effectuer une déclaration d'activité simplifiée.

Ce dispositif ne concerne pas les autres statuts d'entrepreneurs (gérant de société, par exemple). Cependant, il est toujours possible de changer de statut et d'exercer une activité sous forme de société.

Le micro-entrepreneur peut domicilier son activité à l'adresse de son domicile personnel, sous réserve de souscrire une assurance professionnelle.

Le micro-entrepreneur a des obligations allégées en matière de comptabilité.

S'il veut changer de régime et quitter le statut de micro-entrepreneur , il a différentes options.

La déclaration d'activité de micro-entrepreneur entraîne automatiquement l'option pour le régime micro-social simplifié.

Le régime micro-social est une modalité de règlement simplifié des cotisations et contributions sociales. Il consiste en un paiement mensuel ou trimestriel. Il remplace les charges sociales obligatoires des travailleurs indépendants.

Son montant est calculé en appliquant un taux forfaitaire au chiffre d'affaires ou au montant de recettes réellement encaissé (s'il est nul, il n'y a aucun prélèvement).

Le micro-entrepreneur doit déclarer son chiffre d'affaires de façon mensuelle ou trimestrielle (selon son choix), pour permettre le calcul des cotisations et contributions sociales.

S'il a choisi le versement libératoire, le règlement en un seul prélèvement à la fois de l'impôt sur le revenu et les charges sociales.

Le régime du micro-entrepreneur s'applique tant que le chiffre d'affaires ne dépasse pas les seuils du régime fiscal de la micro-entreprise.

Le micro-entrepreneur peut choisir :

  • soit le régime de la micro-entreprise,
  • soit le prélèvement libératoire de l'impôt sur le revenu : l'impôt sur le revenu et les charges sociales sont payées en 1 seul prélèvement.

Le micro-entrepreneur verse l'impôt sur le revenu dans la catégorie :

  • des bénéfices industriels et commerciaux (micro-BIC) pour une activité commerciale ou artisanale,
  • des bénéfices non commerciaux (micro-BNC) pour une activité libérale.

La déclaration de chiffre d'affaires est simplifiée.

Le micro-entrepreneur est exonéré des taxes et cotisations suivantes :

En revanche, au-delà de la première année d'activité, s'il exerce son activité à domicile, le micro-entrepreneur est redevable de la CFE même si la taxe foncière est appliquée au domicile personnel.

  À savoir

le régime fiscal de la micro-entreprise ne permet pas de déduire des charges professionnelles du chiffre d'affaires, ni de récupérer la TVA, ni d'amortir de matériel.

En matière de protection sociale, le micro-entrepreneur bénéficie de la même couverture sociale que les autres professions, en matière de remboursements de consultations ou de médicaments, ainsi qu'en matière de droits à la formation continue. Il relève de la CPAM.

Ce statut permet à un micro-entrepreneur d'être affilié à la sécurité sociale et de valider des trimestres de retraite, en s'acquittant forfaitairement de ses charges sociales et de ses impôts uniquement sur ce qu'il encaisse.

 Attention :

depuis novembre 2019, le micro-entrepreneur n'est plus couvert par la couverture de l'assurance chômage en cas de cessation d'activité. Il peut cependant souscrire volontairement un contrat d'assurance perte d'emploi auprès d'une assurance privée.

Pour en savoir plus

.